Série Weekly Talk – 0 à 10

1 à 10

Weekly Talk #0

Calypso Repa (France)

« La première série de nos publications « Weekly Quote » chaque mardi depuis un an a enregistré un total de plus d’ 1 million de vues et généré plusieurs milliers d’interactions, riches de contacts, d’échanges et de rencontres. Notre seconde série « Weekly Talk » sera publiée chaque jeudi à compter du 6 septembre, elle se fera l’écho d’un florilège de vos réactions authentiques et spontanées et permettra d’étendre votre propre visibilité et d’amplifier la portée de vos propos qui n’engagent bien sûr que la responsabilité de leurs auteurs pour ravir les lecteurs de notre réseau d’exception. Merci d’être de plus en plus nombreux à nous suivre et à jeudi pour la suite de l’aventure entrepreneuriale et digitale d’ Émergences & Talents – Afrique »

 

Weekly Talk #1

Ange Bernadette Silué (Côte d’Ivoire)

« Sincères Félicitations ! C’est grâce à vous que je me suis réellement impliquée dans ce réseau, même si je le connaissais depuis longtemps. Bon vent à Émergences & Talents – Afrique »

 

Weekly Talk #2

lionel Nkot (Cameroun)

« Pour que l’effet Pygmalion joue pleinement dans la croissance des jeunes Talents, encore faudrait il que l’exigence du manager repose sur une vision éclairée et positive. Sinon le jeune talent sera plutôt exposé à l’effet Golem. » « Vous êtes une grande source d’inspiration Christian Repa, keep up ! »

 

Weekly Talk #3

Tatiana NTSIKABAKA NKOUSSOU (Congo)

« Merci Christian Repa pour votre article https://lnkd.in/e5c9vkm Nous sommes l’avenir de l’Afrique et pour y réussir, il nous faut une prise de conscience. Développer l’esprit d’entrepreneuriat, créer des groupements d’intérêt économique. Mon Afrique, mon espoir, mon souci. »

 

Weekly Talk #4

Marc AMAN (Côte d’Ivoire)

« Quand on est jeune, on reste attaché à ses convictions et rêves, notamment celui du « Job de rêve avec des responsabilités ». Ce qui l’amène à quitter ses anciens, le plus souvent avec le cœur en mille morceaux. Cependant ces jeunes démissionnaires donnent généralement l’impression qu’ils n’ont pas tenu compte du fait qu’un rêve, quelque soit son envergure, se construit avec la patience et dans le temps. Pour rendre un jugement pertinent sur l’attitude des jeunes démissionnaires, il convient de passer à la loupe leurs conditions de travail. Leurs contrats de travail, s’ils existent, ne sont-ils pas précaires ? Merci Christian Repa »

 

Weekly Talk #5

Reine Mbang Essobmadje (France, Cameroun)

« Concernant le plafond de terre, l’idée était de mettre en relief le mur invisible quand on a déjà atteint un certain niveau professionnel avec le mur visible qui empêche d’accéder ou d’entrer dans la vie professionnelle. Le plafond de terre est ce mur visible qui empêche l’insertion des jeunes dans une société vieillissante et empêche l’Afrique de tirer le meilleur avantage du dividende démographique. Il s’agit d’un ensemble d’obstacles connus et reconnus socialement qui inhibent l’accès à l’emploi et accroissent le chômage des jeunes. Ces obstacles étant essentiellement liés à l’âge (d’où l’expression populaire « attends ton tour »), au milieu social, aux réseaux et aux cumuls de postes des plus âgés qui restent de surcroit très longtemps aux affaires. »

 

Weekly Talk #6

Hervé Greg MOKWABO (France, République Démocratique du Congo)

« C’est bien une réalité contradictoire de l’environnement professionnel en Afrique. Les responsables d’entreprises ne mettent pas en jeu les moyens conséquents pour accompagner leurs meilleurs talents dans le développement de carrière. Ces derniers se sentent obligés de partir quand l’ennui s’installe et que les opportunités de développement ne sont pas à portée de main, ils préfèrent partir vers des horizons plus prometteurs. Le regret des managers n’a pas lieu d’être, ils devraient apprendre à assumer les faiblesses de leurs politiques de développement et potentiellement à travailler pour l’amélioration de cette réalité. Ma propre expérience en est un reflet … »

 

Weekly Talk #7

Caline Tchapguem (France, Cameroun)

« Les jeunes talents doivent être conscients que la probabilité de tomber sur des managers d’exception pour un « effet Pygmalion » bénéfique à leur croissance est malheureusement limitée. C’est donc en choisissant de devenir eux mêmes acteurs de leur croissance qu’ils éviteront « l’effet Golem » auquel ils seront le plus souvent exposés. »

 

Weekly Talk #8

BALLA MOUSSA FOFANA (Mali)

« Merci Christian Repa pour le support que vous nous apportez dans le process de nos projets, en effet les réunions d’entreprises sont censées faire sortir les points culminants d’un projet (point bloquant, progression du projet, etc.). Ainsi écouter chaque membre du projet et en débattre dans un bref timing. Mais on constate que : – d’un le timing n’est pas respecté, – de deux l’entreprise ne s’impose pas à la demande du client même si elle sait que la réalisation est impossible tout en le raisonnant sur ce qui est réalisable, – de trois les décisions sont prises sans l’avis des ingénieurs sur le terrain. Je trouve que les meetings perdent leur valeur de jours en jours. Je serais ravi de connaitre l’avis des collègues sur ce thème des réunions d’entreprises. »

 

Weekly Talk #9

Carole Plateau (Canada, France)

« Un grand merci à Christian Repa de mettre en lumière la Jeunesse. L’article https://lnkd.in/e5c9vkm est très intéressant et concis de part les sources sélectionnées et les informations apportées. Cela reflète très clairement la situation à laquelle font face les pays développés aujourd’hui avec l’expatriation de leurs jeunes talents à l’étranger. La corrélation qui est faite entre l’économie et la politique d’un pays et la manière dont les jeunes perçoivent leur avenir dans leur pays respectifs est pleine de sens. Cela nécessite un engagement de la part des gouvernements pour former leur jeunesse désireuse d’apprendre, comme c’est le cas dans les pays d’Afrique par exemple. La transformation de l’économie des pays en développement est également un challenge qui devra être relevé pour accompagner l’insertion des jeunes diplômés sur le marché du travail, avec un rôle prépondérant des entreprises quant à la perception des jeunes pour leur avenir. Et notre jeunesse, bordel ! »

 

Weekly Talk #10

SOBZE TSAFACK Christophe Florent (Côte d’Ivoire)

« Merci Christian Repa pour cette grande communauté que vous avez créée avec Émergences & Talents – Afrique pour participer à répondre de manière très pratique aux enjeux critiques d’emploi et de croissance des Talents. En effet, à mon avis, aujourd’hui on devrait mettre en place au sein de nos différentes entreprises ce que l’on appelle un Graduat Program afin d’initier les jeunes leaders de demain aux métiers qu’ils exerceront plus tard. Ainsi la chaine ne sera pas brisée, car pour moi en toute chose l’expérience compte. Les jeunes diplômés devraient accepter d’apprendre auprès des anciens et les anciens devraient accepter de partager leurs connaissances acquises et être prêts à prendre congé le moment venu. Par ailleurs, les dirigeants des pays en développement devraient créer et mettre en place des politiques réelles d’insertion pour les diplômés, en créant des incubateurs afin de permettre une meilleure adéquation avec le marché de l’emploi. »